Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 07:15

arton13[1]
J’ai délaissé « Les délaissés » de Richard Van Camp, traduit de l’anglais par Nathalie Mège. J’ai pourtant essayé de m’accrocher, me disant, dès les premières lignes, qu’il ne fallait pas s’arrêter, que la suite était peut-être prometteuse. J’ai donc persévéré, j’ai fait preuve d’une réelle bonne volonté, jusqu’à la moitié du roman. Honnêtement, je me demande encore comment j’ai fait ! Car ce livre n’était tout simplement pas fait pour moi.
« Dans ce roman d’apprentissage situé dans le Grand Nord Canadien, Larry, un adolescent amérindien, aux prises avec une relation amoureuse triangulaire, tente de se réconcilier avec sa famille, ses origines, et lui-même. » Le synopsis était alléchant, dans les faits ça l’était beaucoup moins…

Les chapitres trop courts, type flash, qui d’habitude me plaisent tant, m’ont ici posé un véritable problème. Passant d’un personnage à l’autre, trop rapidement, on ne s’attache à aucun. Je m’attendais à plus de profondeur dans les rapports humains, dans la psychologie des personnages.Peu à peu, un mur s’est érigé entre moi et « Les délaissés ». Face à ces adolescents boutonneux plongés dans la violence, je n’ai pas tenu longtemps, avec cette sensation désagréable que l’auteur, Richard Van Camp, versait dans la vulgarité de façon délibérément outrancière.

Mademoiselle

 

Résumé :

Fort Simmer, Territoires du Nord-Ouest, Canada. Nouvelle année scolaire et nouveaux enjeux pour Larry, seize ans, un Indien dogrib. Il devient le meilleur ami de Johnny, turbulent, grande gueule, détesté ; et il fond devant Juliet Hope, la plus belle fille du lycée qui lui préfère... Johnny. Quel avenir pour cette relation triangulaire, rythmée par le heavy metal, l'alcool et la fumette ? Mais Larry n'a hélas pas que des amis : il se fait souvent tabasser par les Blancs. Certes son talent de conteur lui est d'un grand secours, mais quelle est cette histoire d'incendie, d'enfant brûlé et de brutalités qu'il aime raconter ? Réalité ou fiction ? Souvenirs ou hallucinations ? Pourquoi Larry entretient-il des rapports si tendus avec sa mère ? Et que s'est-il passé avec son père ? Un roman où la rage de vivre l'emporte sur la violence des événements. Un roman où la réconciliation, avec soi-même et les autres, s'associe aux rêves d'une vie meilleure.

 

Ce livre a fait l’objet d’un partenariat avec Blog-o-Book, merci à eux et aux éditions Gaïa.

 

Photo DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Mademoiselle - dans Coups de cœur
commenter cet article

commentaires

Mademoiselle 24/10/2010 10:54


Autant pour moi je viens de lire ton billet... Intéressant même si je ne partage pas ton enthousiasme!! Pour être honnête, j'attends d'un livre qu'il me transporte, m'amène vers un ailleurs et soit
bien écrit sinon j'ai l'impression de perdre mon temps ce qui ne fut pas le cas ici, je trouve... Quoi qu'il en soit j'aime beaucoup ton blog.


Mademoiselle 24/10/2010 10:48


Très juste Tiphanie. As-tu aimé ce livre ?


Tiphanie 22/10/2010 18:43


J'ai associé le changement de personnage au rythme que peut-être l'auteur voulait donner à son histoire, comme si au final l'adolescence n'était qu'un passage très rapide de notre vie