Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 07:15

images[5]

Étrange Carnet d’adresses que celui de Didier Blonde. Depuis des années, ce dernier dresse la liste des lieux fréquentés par des personnages de roman, établissant la carte d’un Paris de papier, une capitale en toutes lettres, reflet de ses lectures. Tout a commencé à l’âge de 12 ans avec le héros de Maurice Leblanc. Dans Le Bouchon de cristal, Arsène Lupin possède alors, au 95 rue Charles-Laffitte, un entrepôt destiné à cacher les marchandises volées. « L’adresse était précise. C’était presque la mienne. À quelques numéros près. Le nom de la rue était écrit en toutes lettres, sans erreur possible, il me sauta aux yeux en faisant irruption dans ma lecture, bousculant d’un coup tous mes repères. Le vertige que j’ai éprouvé à cet instant ne s’est jamais effacé de ma mémoire. »  

 

Dès lors, Didier Blonde n’a cessé de dénicher les adresses romanesques. À chacun son péché mignon… Dans ses carnets d’adresses, aux coordonnées de ses proches se mêlent celles d’Edmond Dantès, de la dame aux camélias ou du passe-muraille.

 

Tel un détective, Didier Blonde suit la trace des personnages fictifs avec méthode, sans laisser place au hasard. Pour lui, l’approximation est une aberration et la supercherie, à coup sûr une déception. « Il faut se méfier de toutes ces vraie-fausses adresses. Certaines, repérables à distance, portent des numéros suspects qui franchissent trop allègrement la centaine pour qu’on leur fasse confiance. » Au fil du temps, son attention s’est aiguisée. À l’image du gentleman-cambrioleur qui le mit sur sa première piste, il est devenu un fin limier : « J’ai vite appris à suspecter ces petits bis si élégants, un peu désuets, ajoutés trop facilement mais qui font tellement vrais, et détournent l’attention. ».

 

Le plus souvent la réalité rattrape la fiction sans l’égaler. Ainsi, apprend-on que l’hôtel particulier où habitait la concierge dans L’Élégance de l’hérisson est occupé par une boutique Prada !

 

Alors, faut-il laisser libre cours à son imagination ou chercher à aller plus avant ? Là est toute la question !

Entretien de Didier Blonde, sur France Culture, à l'occasion de la sortie de Carnets d'adresses aux éditions Gallimard :
http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=3491441

     
Photo DR

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires