Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 07:00


Comment avez-vous connu Séraphine de Senlis ?

Un peu par hasard. Dans le cadre de mes études de psychanalyse, j’ai lu Dans cette nuit peupléede Lucien Bonnafé. Sur la couverture, il y avait une toile de Séraphine Louis dite Séraphine de Senlis et dans le livre une demi-page lui était consacrée. Il n’en fallu pas plus pour attiser ma curiosité. J’ai commencé mes recherches et j’ai finalement choisi Séraphine comme sujet de thèse de psychologie clinique. A l’époque, en 1980-1981, j'ai pu rencontrer des personnes qui l’avaient connue. J’ai par exemple parlé à la sœur du collectionneur Wilhelm Uhde, une vieille dame extraordinaire dont le témoignage m’a été très précieux.

 

Pourquoi avoir attendu toutes ces années pour écrire un livre ?

Mais je n’ai pas attendu ! Après ma thèse, j’ai écrit un premier manuscrit, un roman, puis quelques années plus tard un deuxième texte, plus documenté et enfin un troisième manuscrit, mélange des deux précédents, qui était une biographie romancée. C'est cette dernière version qui a été publiée en 2008. J’ai proposé mes deux premiers manuscrits à une trentaine de maisons d’édition, sans succès. Une biographie de Séraphine avait été publiée et n’avait pas du tout marché, d’où la réticence des éditeurs...

  

Durant la préparation de son film, en 2007, Martin Provost est venu me voir pour parler de Séraphine, de la façon dont je me l'imaginais.

 

 


 


Pour la dernière fois j’ai envoyé mon manuscrit, le troisième, à cinq éditeurs. J’ai eu cinq réponses positives. Comme Phébus avait répondu, c’est avec eux que j’ai choisi de vivre cette aventure et je n’ai pas eu à le regretter.

Qu’est-ce qui vous a fasciné dans la peinture de Séraphine Louis ?

Pour tout vous dire, au début je trouvais ses toiles étonnantes mais je n’étais pas subjuguée. J’avais vu un ou deux tableaux. Avant ses oeuvres n'étaient pas exposée comme elles le sont aujourd'hui. J'avais conscience de son talent mais je n'étais pas fasciné. En 2009, le musée Maillol lui a consacré une exposition. J'ai eu droit à une visite privée et je suis restée bouche bée devant tant de beauté. 

 

Après Séraphine, vous avez écrit sur Marcel Storr, sur quoi portera votre prochain livre ?

Sur le savon d'Alep. J'ai tourné la page des peintres autodidactes. Séraphine, je la porte depuis 30 ans, elle est là, elle m'accompagne. Quant à Marcel Storr, c'est l'histoire d'une rencontre avec M. et Mme Kempf. Aujourd'hui, j'ai envie d'autre chose. 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mademoiselle
commenter cet article

commentaires

vircondelet alain 05/04/2011 16:33


Bonjour ! Je lis tout à fait par hasard l'interview de Fr. Cloarec sur Séraphine que vous avez poublié en février 2011. J'y trouve de très piquantes remarques pas tout à fait exactes sur le
propos... Comme je suis le premier biographe de Séraphine (1986) et l'auteur d'un second ouvrage sur elle (2008) et que de surcroît le scénario du film Séraphine a été condamné pour contrefaçon de
mon livre le 26 novembre dernier par le tribunal de grande instance de Paris, je peux vous aider à rectifier la vérité... Contactez-moi si vous le souhaitez à l'adresse mail ci-dessus. Bien à
vous,
Alain Vircondelet


Mademoiselle 13/02/2011 15:49


Bonjour Saya, merci à toi d'être passée par ici


Saya 08/02/2011 22:00


J'ai adoré le livre Séraphine ! Merci pour ce billet