Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 07:00

securedownload[1]-copie-1

securedownload[1] (2)Les petits papiers de Mademoiselle reçoivent aujourd’hui Eric Poindron. Editeur, écrivain, critique littéraire, collectionneur de curiosités, marcheur, éleveur de chats et j’en passe. Eric Poindron vit, entourés de livres, au pied d’un phare dans la mystérieuse Montagne de Reims. Il se prend pour un poète et croit que les fantômes existent, ou l'inverse. Eric Poindron vient nous présenter la nouvelle collection dont il est le directeur, Curiosa & cætera, aux éditions du Castor Astral.

Quelle est la ligne éditoriale de Curiosa & Cætera ?
Difficile de résumer en quelques  mots la ligne éditoriale de la collection Curiosa & Caetera. J’ai toujours aimé les auteurs méconnus, dans les marges ou hors des écoles. De la même façon, j’aime les livres qui ressemblent à de « véritables » livres, à la facture soignée et à la typographie raffinée, des livres qui ressemblent à des objets, que l’on prend plaisir à manipuler ou à offrir, et où l’on peut encore deviner l’esprit de l’éditeur. La ligne éditoriale, ce sera ça, de beaux textes rares, parfois illustrés, qui réjouiront les amateurs de bibliophilie abordable et les curieux avides de textes insolites. Ainsi, la collection rééditera des ouvrages méconnus, ou iconoclastes, des auteurs hors des modes, possédant de véritables jardins secrets et souhaitant y inviter le lecteur.


Comment est né ce projet, est-ce vous qui l’avez proposé à Marc Torralba et Jean-Yves Reuzeau, les fondateurs du Castor Astral ?
J’aime depuis fort longtemps les éditions du Castor Astral, avec des auteurs comme Patrice Delbourg pour qui j’ai une affection toute particulière, ou la très belle collection Les inattendus qui rééditent des textes oubliés d’écrivains classiques ou confirmés. Voilà quelques années, Jean-Yves Reuzeau m’a fait part de son envie d’imaginer une nouvelle collection. Je lui ai alors expliqué que je souhaitais rééditer des textes introuvables, des œuvres insolites, des écrivains à la marge. Nous  nous sommes mis à réfléchir, avec la complicité de Marc Torralba, à l’esprit de la collection, aux choix des papiers. Très vite, et ce malgré les distances - Marc Toralba est à Bordeaux, Jean-Yves Reuzeau à Paris, et moi en Champagne - nous avons aussi imaginé de nouvelles méthodes de communication pour cette collection : création d’un blog, conversation et concertation avec les lecteurs, rencontres régulières avec le public, expositions et même la création d’une revue Curiosa & Caetera. En reprenant l’esprit du colportage d’autrefois, je sais qu’il est encore possible d’apporter le livre au lecteur en attendant que ce dernier se fasse à son tour colporteur. Après avoir commencé à dresser la liste de tous nos « morts, », nous avons décidé de faire aussi un de la place aux vivants. Dans un premier temps, ce sont donc quatre écrivains bien vivants qui vont ouvrir le bal.  Le plus jeune n’a pas 35 ans, et le plus âgé, Claude Seignolle, porte comme un gaillard ses 95 printemps.

Quel sera le premier titre publié ?
Le premier livre doit paraître début octobre. Il s’agit du Paradisier, de Frédéric Clément qui relate l’histoire singulière de Raphaël Moineau, un agent de surveillance, dont la main droite s’est figée, crispée en forme de tête d’oiseau, et de son voyage  du Louvre au Vésuve. C’est étrange roman inclassable à une force poétique rare. Il y est question d’anges, de Naples écrasée de canicule, d’un  petit boss bossu de la camora, d’une stripteaseuse qui se déplume au rythme du mambo-blues, d’un certain Don Passero, hagard, qui psalmodie à longueur de journée Le Paradis de Dante sur les remparts du castel du château de l’Œuf… Vous l’aurez compris, c’est un livre très Curiosa & Caetera, un roman à tiroirs remplis de plumes et de secrets, de personnages qui traînent leurs ombres et leurs anges fatigués. C’est aussi un roman illustré  par l’auteur, qui mélange avec un juste équilibre « le bel art » et la leçon de choses.

 securedownload[1]
De quoi mettre l’eau à la bouche, et après ?

Après, trois autres livres paraitront en même temps. Tout d’abord une nouvelle version du Château de l’étrange de Claude Seignolle. Véritable livre culte, épuisé et recherché par les amateurs de peurs insolites et de fantastique urbain le Château de l’étrange s’adresse à tous ceux que fascinent les aventures inexpliquées.

Et puis, toujours en octobre nous allons proposer au lecteur La petite Encyclopédie singulière du Cannabis, de Nicolas Millet, un livre qui a  la modeste prétention de réunir en un même volume tout ce que cette plante réunit de faits culturels, historiques et sociaux. Mais il fallait que « l’objet-livre » soit à la hauteur du sujet. C’est pour cette raison que nous avons pris le parti de faire un livre élégant, à la façon des manuels de civilité du siècle dernier.

Enfin, le petit dernier est un livre épatant. Il s’agit de Brefs, de Georges Kolebka, un auteur inclassable qui a reçu le Grand prix de l’humour noir.

C’est un recueil d’une centaine de récits qui vont de quelques lignes à quelques pages couvrant ainsi toutes les facettes du comique. Extravagances, cocasseries, excentricités, absurdités, Brefs, c’est burlesque et inattendu ! On peut en lire quelques pages ici ou là, quand on a cinq minutes, dans le train ou le métro, histoire d’oublier que le monde est absurde ou cruel.

Merci Eric.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog de Curiosa & Cætera

Et visitez les Cabinets de curiosités d’Eric Poindron, ça vaut vraiment le coup d’œil : http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites/ et http://blog.france3.fr/eric-poindron/ 


Photos DR et Casajordi 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mademoiselle
commenter cet article

commentaires